Canada's Original Think Tank

Angelique EagleWoman—Félicitations à l’occasion de sa nomination au poste de doyenne de la faculté de droit de l’Université Lakehead

Angelique EagleWoman—Félicitations à l’occasion de sa nomination au poste de doyenne de la faculté de droit de l’Université Lakehead

Angelique EagleWoman—Félicitations à l’occasion de sa nomination au poste de doyenne de la faculté de droit de l’Université Lakehead

Angelique EagleWoman—Félicitations à l’occasion de sa nomination au poste de doyenne de la faculté de droit de l’Université Lakehead


Publié le 25 février 2016
Hansard et déclarations par l’hon. Lillian Eva Dyck

L’honorable Lillian Eva Dyck :

Honorables sénateurs, je prends la parole aujourd’hui afin de féliciter Angelique EagleWoman de sa nomination au poste de doyenne de la faculté de droit Bora Laskin, à l’Université Lakehead, à Thunber Bay, en Ontario. Angelique est la première femme autochtone à occuper un poste de doyenne d’une faculté de droit dans une université canadienne. Elle entrera officiellement en fonction en mai.

À l’heure actuelle, Angelique est professeure et juriste à l’Université de l’Idaho. Elle a enseigné dans les domaines de l’économie et du droit des nations tribales, et du droit des ressources naturelles des Américains autochtones. Elle a également publié des articles sur l’économie tribale et la qualité de vie chez les Autochtones.

Précédemment, elle a siégé à titre de juge dans quatre systèmes judiciaires tribaux et à titre d’avocate générale pour sa propre tribu, les Sisseton Wahpeton Oyate, dans le Dakota du Nord et du Sud.

Lors de sa nomination, elle a déclaré ce qui suit :

J’espère que le fait de me voir à la barre de l’école de droit à ses débuts encouragera d’autres jeunes Autochtones ainsi que des gens plus âgés qui songeraient à réorienter leur carrière à envisager le droit. Le droit touche tous les aspects de nos vies. Il est important de faire entendre nos voix, afin d’influer sur le développement du droit, l’adaptation du droit et le façonnement du droit.

Angelique suit les enseignements traditionnels et exécute des danses de la robe à franges. Elle affirme ceci :

Voilà ce qui m’a permis de grandir, d’être un modèle et de fonctionner dans deux mondes.

Elle se réjouit à l’idée de participer à des activités des communautés autochtones de Thunder Bay et souligne qu’elle a déjà reçu une invitation de la part de la Première Nation de Fort William. Félicitations, Angelique.