Canada's Original Think Tank

Comité plénier — la commissaire au lobbying

Comité plénier — la commissaire au lobbying

Comité plénier — la commissaire au lobbying

Le sénateur Terry Mercer : 

La commissaire au lobbying et, partant, le commissariat doivent bien comprendre en quoi les lobbyistes peuvent être utiles pour les parlementaires. Je regrette de décevoir le sénateur Dawson, mais ils sont bel et bien utiles pour nous : nous faisons notamment appel à eux pour obtenir de l’information ou des contacts; bref, ils nous aident à faire notre travail.

En tant que commissaire au lobbying, il importe que vous rencontriez individuellement les parlementaires des deux Chambres pour leur demander la nature de la relation qu’ils entretiennent avec les lobbyistes afin que, si jamais quelqu’un fait l’objet d’une plainte, peu importe de la part de qui, vous connaissiez bien le contexte dans lequel nous œuvrons.

Je suis sénateur depuis 2003, mais j’ai fait de la politique — à Ottawa et ailleurs — à peu près toute ma vie d’adulte. Des lobbyistes sont venus me voir pour me parler de leurs dossiers et j’ai moi-même fait du lobbying. Chaque fois que quelqu’un vient me voir, j’ai en tête un objectif différent. Il m’arrive par exemple de vouloir rencontrer le client du lobbyiste, soit parce qu’il s’intéresse à un projet de loi à l’étude, soit parce qu’il a de l’information que j’aurais du mal à obtenir autrement. Il m’arrive aussi de vouloir étendre mon réseau de contacts pour une mesure législative à venir. C’est une relation utile dans tous ces cas.

Il importe que vous ayez un plan. Je ne m’attends pas à vous voir arriver dans mon bureau dès la semaine prochaine, mais j’aimerais savoir que vous profiterez de la prochaine année pour faire le tour des députés et des sénateurs afin de connaître leur point de vue et de comprendre notre contexte.

Hélas, il est arrivé trop souvent, surtout dernièrement, que les mandataires du Parlement qui comparaissent devant le Sénat n’aient pas la moindre idée de notre travail ou de nos façons de faire. Or, s’il y a une chose que les mandataires du Parlement doivent savoir, c’est bien cela.

En passant, vous devriez expliquer clairement que ce que nous faisons ici au Sénat diffère à bien des égards de ce que font les députés à la Chambre des communes. Ce n’est pas comparable.

Je vous inviterais à faire cela.

Mme Bélanger : J’apprécie votre commentaire et je m’engage à vous rencontrer. Ce serait un plaisir d’entendre votre point de vue. J’apprécie beaucoup le point que vous avez soulevé. Je viendrai au Sénat et je vous rencontrerai, absolument. Merci.

Le sénateur Mercer : Merci.