Canada's Original Think Tank

Félicitations à Son Altesse l’Aga Khan à l’occasion de son quatre-vingt-deuxième anniversaire de naissance

Félicitations à Son Altesse l’Aga Khan à l’occasion de son quatre-vingt-deuxième anniversaire de naissance

Félicitations à Son Altesse l’Aga Khan à l’occasion de son quatre-vingt-deuxième anniversaire de naissance

L’honorable Mobina S. B. Jaffer : 

Honorables sénateurs, le jeudi 13 décembre, plus de 15 millions de musulmans ismaéliens vivant dans 25 pays du monde célébreront le 82e anniversaire de Son Altesse Karim Aga Khan.

Née en 1936 à Genève, en Suisse, Son Altesse a succédé à son grand-père à titre de 49e chef spirituel des musulmans ismaéliens à l’âge de 20 ans seulement.

Pendant plus de six décennies, Son Altesse l’Aga Khan a travaillé sans relâche pour créer un monde meilleur pour tous. Son Altesse s’efforce depuis 60 ans d’assurer l’éducation des filles et l’égalité des sexes, et continue de travailler fort pour garantir le bien-être des filles et des femmes.

On m’a demandé récemment comment j’ai été inspirée par Son Altesse sur les plans personnel et professionnel. Je me suis rapidement rendu compte que je dois toutes mes convictions et toutes mes réalisations aux leçons et aux sacrifices de Son Altesse l’Aga Khan.

Honorables sénateurs, j’ai été nommée au Sénat du Canada en 2001 par le premier ministre de l’époque, le très honorable Jean Chrétien. Lorsque j’ai été nommée, je suis devenue la première personne née en Afrique à siéger au Sénat, la première personne de confession musulmane et aussi la première d’origine sud-asiatique. Il s’agit de beaucoup de premières. Je crois sincèrement que tout cela aurait été impossible, n’eût été de l’importance accordée par Son Altesse le prince Karim Aga Khan, et par son grand-père avant lui, à l’éducation des filles.

L’Aga Khan a investi dans plus de 200 écoles primaires et secondaires au Pakistan, en Inde, au Bangladesh, au Kenya, au Kirghizistan, en Ouganda, en Tanzanie et au Tadjikistan. J’ai personnellement reçu une éducation de premier ordre à Kampala, en Ouganda, dans la prématernelle et les écoles primaires et secondaires de l’Aga Khan.

Honorables sénateurs, nous avons tous énormément de chance. Nous vivons à l’époque du mouvement #MoiAussi et des manifestations pour les droits des femmes. Aujourd’hui, le renforcement du pouvoir des femmes est un sujet sur lequel les politiciens font campagne et les vedettes de la musique pop écrivent des chansons. On oublie que, s’il est tout à fait normal pour les femmes de s’instruire de nos jours, il en était tout autrement il y a 62 ans.

À l’occasion de son 82e anniversaire, j’aimerais remercier Son Altesse l’Aga Khan des énormes sacrifices qu’il a faits pendant sa vie pour les musulmans ismaéliens et pour des gens du monde entier, surtout pour les plus vulnérables de la planète.

Je veux dire à Son Altesse que je n’aurais pas l’honneur et le privilège de prendre la parole dans cette enceinte si ce n’était du fait qu’il croyait en l’éducation des femmes et qu’il y a investi.

Honorables sénateurs, je vous invite à vous joindre à moi pour souhaiter un bon anniversaire à un de nos citoyens honoraires, Son Altesse l’Aga Khan.

Sur une note personnelle, mesdames et messieurs les sénateurs, comme vous le savez, je mène actuellement un combat et je sais que celui-ci serait beaucoup plus ardu si vous n’étiez pas tous là pour m’épauler. Je ne saurais trop vous remercier, Votre Honneur et chers collègues, de vos nombreux appels, des nombreuses notes que vous m’avez envoyées et de l’amour que vous me transmettez aujourd’hui dans cette enceinte. Tout ce que je peux dire, humblement, c’est merci de votre amour, de votre soutien et de votre amitié. Cela m’aidera dans ma lutte. Merci beaucoup.