Canada's Original Think Tank

Hommage à la vie de l’honorable Wilbert J. Keon, O.C.

Hommage à la vie de l’honorable Wilbert J. Keon, O.C.

Hommage à la vie de l’honorable Wilbert J. Keon, O.C.

L’honorable Jim Munson : 

Honorables sénateurs, le Dr Willie Keon était un ami à moi, un ami de tous et un ami du Sénat.

Lorsqu’il est décédé il y a un mois, Ottawa, le Canada et le reste du monde ont perdu un homme désintéressé qui a vraiment vécu ce que signifiait l’altruisme plutôt que l’égoïsme.

(1420)

Que peut-on dire d’une personne qui a consacré sa vie au service d’autrui en tant que médecin? Beaucoup de choses, en fait. Dans la collectivité, on dirait que tout le monde connaît quelqu’un dont la vie a été sauvée par cet humble chirurgien cardiaque. Peut-être était-il si généreux à cause de ses racines irlandaises dans la petite collectivité de Sheenboro, au Québec. Si vous êtes d’ici, vous savez que Sheenboro est dans le prolongement de la vallée de l’Outaouais.

Peut-être était-ce parce que c’était le plus jeune d’une fratrie de 13 enfants ou parce qu’il venait d’une famille très unie dont les membres s’entraidaient. Quelle qu’en soit la raison, cet homme humble et, à bien des égards, timide, a créé, selon le Dr Robert Roberts qui lui a succédé à l’Institut de cardiologie d’Ottawa « un centre d’excellence cardiovasculaire de calibre mondial ».

Le Dr Keon était un chirurgien cardiaque visionnaire et novateur qui a procédé à la première transplantation cardiaque à Ottawa et à la première transplantation d’un cœur artificiel. C’était un homme simple, qui avait bon cœur et de bonnes manières. Dans toute sa carrière, il aura procédé à plus de 10 000 chirurgies à cœur ouvert.

Ont pris part à ses funérailles des gens de tous horizons. James Brooks, qui a été son patient il y a 30 ans, dit de lui :

Lorsque je vois ma famille grandir et que je joue à présent avec mes petits-enfants […] il a fait une énorme différence dans ma vie […] Je ne serais pas ici aujourd’hui, je peux vous le garantir.

J’aurais souhaité que les honorables sénateurs et les personnes qui ne le connaissaient pas voient le Dr Keon à l’œuvre au Sénat. C’est en tant que novice au sein du Comité des affaires sociales, des sciences et de la technologie que j’ai appris à bien le connaître. Je souhaitais faire quelque chose se rapportant à l’autisme. Le Dr Keon m’a aidé à convaincre le comité de préparer le rapport intitulé Payer maintenant ou payer plus tard : Les familles d’enfants autistes en crise. Ce rapport sert de modèle dans le milieu de l’autisme partout au pays et il nous oriente dans notre lutte pour créer une stratégie nationale relative aux troubles du spectre autistique.

Le Dr Keon a toujours su faire preuve de discrétion et de diligence dans son travail. Il fut l’un des principaux architectes d’un certain nombre d’importants rapports sénatoriaux, comme l’ont mentionné mes collègues, dont le rapport intitulé De l’ombre à la lumière, qui concerne la santé mentale.

Le Dr Wilbert Keon ne cherchait pas à faire les manchettes; il était plutôt là pour aider et soigner les gens. Pour lui, le Sénat ne représentait pas un lieu propice à la politique partisane, mais une tribune où les idées pouvaient se transformer en stratégies, puis déboucher sur des programmes.

Il croyait sincèrement à la notion de bien commun. Cet excellent médecin a sauvé des vies, a permis à des personnes de vivre plus longtemps et n’a jamais cessé durant toute sa vie de faire profiter les autres de sa grande générosité.

Le Dr Keon était un homme très altruiste. Je vous remercie.