Canada's Original Think Tank

Hommage à la vie de l’honorable Wilbert J. Keon, O.C.

Hommage à la vie de l’honorable Wilbert J. Keon, O.C.

Hommage à la vie de l’honorable Wilbert J. Keon, O.C.

L’honorable Joseph A. Day (leader des libéraux au Sénat) : 

Honorables sénateurs, je me joins au sénateur Smith pour rendre hommage à un ancien collègue remarquable : le Dr Wilbert — Willie — Keon, qui est décédé à l’âge de 83 ans.

Le Dr Keon a siégé pendant près de 20 ans dans cette enceinte, où son engagement, son dévouement et son travail assidu au service des Canadiens ont été constamment mis en évidence. Il a toujours mis l’accent sur les gens, ainsi que sur leur santé et leur bien-être. En collaboration avec d’autres membres du Comité des affaires sociales, il a joué un rôle prépondérant dans la création de la Commission de la santé mentale du Canada. Parmi les causes qui lui tenaient à cœur, il a aussi présidé le Sous-comité sur la santé des populations, qui a examiné en profondeur les disparités qui existent entre les différents secteurs de la population.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Dr Keon a connu une brillante carrière avant d’être nommé au Sénat. Il a fondé l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa, où, en 1984, il a réalisé sa première transplantation cardiaque avec l’aide de son équipe chirurgicale.

Deux ans plus tard, le Dr Keon a encore fait œuvre de pionnier en procédant à la première greffe de cœur artificiel au Canada. Il a aussi mis au point une technique qui permet de sauver des vies et qu’il a décrite comme l’un de ses plus grands exploits. Il s’agit de brancher un patient ayant subi une crise cardiaque aiguë sur un cœur-poumon artificiel afin de rétablir la circulation sanguine dans son corps. Cette technique est maintenant utilisée couramment.

(1410)

Parmi les nombreuses distinctions qui lui ont été décernées, il a été intronisé au Temple de la renommée médicale canadienne et fait officier de l’Ordre du Canada et membre de l’Ordre de l’Ontario.

Je souligne que le Dr Keon a continué d’exercer, quoique de manière informelle, même ici au Sénat, après sa nomination. Comme de nombreux sénateurs et membres du personnel pourront le confirmer, il n’hésitait pas à donner de bons conseils médicaux au besoin. Il a souvent mis ses compétences de médecin au service d’autrui et je sais que, dans de nombreux cas ici au Sénat, son intervention a eu des effets salutaires sur la santé de ses collègues et d’autres personnes.

Honorables sénateurs, le Dr Keon n’a jamais failli à sa mission de contribuer à l’amélioration de la santé et du bien-être d’autrui. C’était un homme bon qui se souciait des autres. Ses contributions dans le domaine de la cardiologie et ici, au Sénat, resteront dans les mémoires.

Au nom des libéraux indépendants au Sénat, j’aimerais offrir mes plus sincères condoléances à son épouse, Anne, à ses enfants — Claudia, Neil et Ryan — et à leur famille, ainsi qu’à ses autres proches et amis.