Canada's Original Think Tank

Hommages – Le décès de l’honorable Bert Brown

Hommages – Le décès de l’honorable Bert Brown

Hommages – Le décès de l’honorable Bert Brown

L’honorable Joseph A. Day (leader des libéraux au Sénat) : 

Chers collègues, je vais m’associer aux autres sénateurs pour rendre hommage au sénateur Bert Brown. Je le connaissais et j’ai siégé à ses côtés ici.

La nouvelle de sa mort m’a attristé. Il était un personnage plus grand que nature sur la scène politique albertaine. Ses appels en faveur d’un Sénat triple E étaient, certes, plus grands que nature. En effet, personne ne peut parler de Bert Brown sans mentionner le moment où il est allé chez son voisin et a labouré son champ d’orge, qui mesurait deux milles de long, pour y inscrire le message « Triple E Senate or Else », ou « Un Sénat triple E, sinon… ».

Sa passion pour la réforme du Sénat a, de toute évidence, touché une corde sensible chez de nombreux Albertains, surtout ceux qui se sentaient exclus du processus décisionnel à Ottawa. Personne dans la province de Bert Brown n’a été surpris quand Stephen Harper, le premier ministre de l’époque, a annoncé en avril 2007 qu’il nommerait M. Brown au Sénat.

Bert Brown a loyalement rempli ses fonctions de sénateur pendant plus de cinq ans, animant nos débats et apportant une perspective unique sur de nombreux enjeux. Il était toujours passionné, et il parlait avec conviction quand il participait aux discussions en comité ou ici même, au Sénat.

Même après son arrivée dans cette enceinte, la réforme du Sénat a continué de lui tenir à cœur. À la demande de M. Harper, il a visité toutes les capitales des provinces et il a rencontré les législateurs provinciaux pour promouvoir le concept d’élection de candidats provinciaux au Sénat.

Même s’il tenait à la réforme du Sénat, il reconnaissait néanmoins – et il est important que nous nous en souvenions tous – que la raison d’être du Sénat est d’empêcher le gouvernement d’aller trop loin et de promouvoir les intérêts régionaux. En effet, il comprenait qu’il était important de donner une voix aux petites provinces qui craignaient d’être ignorées par le gouvernement.

L’amour que ressentait le sénateur Bert Brown pour son pays et son profond désir d’améliorer le Sénat n’ont jamais fait aucun doute. Des voix comme la sienne ne se font jamais oublier rapidement et j’ose espérer que son héritage survivra, particulièrement en Alberta.

Au nom des sénateurs libéraux indépendants, j’offre mes plus sincères condoléances à sa famille et à ses amis.