Canada's Original Think Tank

La Journée de la force aérienne sur la Colline

La Journée de la force aérienne sur la Colline

La Journée de la force aérienne sur la Colline


Visiteurs à la tribune

Son Honneur le Président : Honorables sénateurs, je vous signale la présence à la tribune du major général Blaise Frawley, de l’adjudant chef Donald Farr et du lieutenant colonel (à la retraite) Dean Black. Ils sont les invités de l’honorable sénateur Day.

Au nom de tous les honorables sénateurs, je vous souhaite la bienvenue au Sénat du Canada.

Des voix : Bravo!

La Journée de la force aérienne sur la Colline

L’honorable Joseph A. Day (leader des libéraux au Sénat) : Honorables sénateurs, comme bon nombre d’entre vous le savent déjà, j’ai depuis quelques années le grand privilège d’accueillir sur la Colline du Parlement des représentants de l’Aviation royale canadienne. Ces rencontres nous donnent l’occasion de remercier les membres des forces aériennes et d’en apprendre davantage sur leurs initiatives et leurs activités.

Sont présents à la tribune aujourd’hui des représentants de l’Aviation royale canadienne, notamment son commandant adjoint, le major-général Blaise Frawley, et quelques-uns de ses collègues.

Cette année, nous commémorons le 75e anniversaire du jour J. Le 6 juin 1944, les forces alliées ont lancé le plus important assaut militaire de l’histoire sur les plages de Normandie.

Plus tôt aujourd’hui, à Chambois, en France, la gouverneure générale a participé au dévoilement d’un monument dédié aux sacrifices consentis par les Canadiens au cours de la bataille de Normandie.

L’aviation canadienne, qui a joué un rôle clé dans cette bataille, avait commencé son travail plusieurs mois avant que les troupes ne débarquent sur les plages normandes. Des escadrilles appartenant au 6e Groupe du Bomber Command pilonnaient depuis plusieurs mois des objectifs ennemis clés dans la région. Finalement, le jour J, soit le 6 juin 1944, les pilotes des chasseurs et des chasseurs-bombardiers canadiens ont décollé avec des escadrilles alliées pour aller protéger les soldats sur les plages contre la Luftwaffe, qui les survolait, et les troupes allemandes, qui les attendaient au sol.

En 1944, nous avions 42 escadrilles opérationnelles outre-mer, dont 37 ont appuyé l’invasion. J’ai bien dit 37 sur 42.

L’Aviation royale canadienne respecte encore aujourd’hui son engagement de longue date à assurer la sécurité. Ses membres dévoués et professionnels relèvent les défis, au pays et à l’étranger, avec un courage et un savoir-faire dignes de leurs prédécesseurs. Ils s’inscrivent dans la fière tradition de la force aérienne canadienne.

Honorables sénateurs, plus tard aujourd’hui, je vous invite tous à vous joindre à moi pour célébrer la Journée de la force aérienne sur la Colline. Cette réception, qui est organisée par l’Association de l’Aviation royale canadienne, aura lieu pour la première fois dans notre nouvel édifice, à la salle C-128, de 16 h 30 à 19 h 30.

J’espère que vous en profiterez pour remercier les membres du personnel de l’Aviation royale canadienne de leur service ainsi que pour discuter avec eux et d’autres professionnels de l’industrie aérospatiale. Merci, chers collègues.