Canada's Original Think Tank

La Journée nationale de l’enfant

La Journée nationale de l’enfant

La Journée nationale de l’enfant

L’honorable Jim Munson : 

Honorables sénateurs, je prends la parole aujourd’hui à l’occasion de la Journée nationale de l’enfant. Les enfants nous apportent tant de choses. Ils sont source de joie et de rire; ils nous aident à voir le monde autrement et ils débordent de créativité et d’enthousiasme même dans les choses les plus simples. La contribution des enfants est une chance pour nous et pour notre pays.

Je me suis donné pour mission au Sénat de mettre l’accent sur les droits de l’enfant. Ce que nous faisons aujourd’hui — les projets de loi que nous adoptons, les politiques que nous étudions — a une incidence sur les citoyens les plus jeunes et les plus vulnérables de notre pays, les enfants, qui ne peuvent pas voter et dont les intérêts, souvent, ne sont pas représentés.

Les enfants comptent sur les adultes pour leur donner ce dont ils ont besoin pour grandir et s’épanouir. Ils dépendent d’eux pour tous leurs besoins : le logement, l’éducation, l’eau potable, la nourriture et la protection. Hélas, les enfants ne bénéficient pas tous du départ qu’ils méritent dans la vie. Ils n’ont pas tous les mêmes chances de réussir. En tant que décideurs, il nous incombe de faire des droits des enfants une priorité, de manière à ce que tous les enfants aient quelqu’un qui vote et qui peut s’exprimer pour défendre leurs droits.

Il n’y a pas de quoi se montrer suffisants au Canada, honorables sénateurs. Selon un bilan de l’UNICEF, l’an dernier, le Canada se classait 25e sur 41 pays en ce qui a trait à l’Indice de bien-être chez les enfants et les jeunes et de durabilité.

Honorables sénateurs, j’ai été extrêmement déçu d’apprendre la semaine dernière qu’une voix forte pour les enfants en Ontario sera réduite au silence. Jeudi dernier, le gouvernement de l’Ontario a annoncé la fermeture du Bureau de l’intervenant provincial en faveur des enfants. Je connais bien ce bureau. J’ai souvent eu l’occasion de collaborer de près avec Irwin Elman, l’intervenant en faveur des enfants de l’Ontario, et je sais à quel point son bureau a été efficace au cours des 10 dernières années. Il suit l’exemple du défenseur des enfants de ma province d’origine, le Nouveau-Brunswick, qui fait un travail remarquable.

Ces bureaux ont une incidence sur certains enjeux, comme les problèmes auxquels doivent faire face les enfants autochtones et les enfants ayant des besoins spéciaux. Depuis sa création, le Bureau de l’intervenant en faveur des enfants exerce une surveillance indépendante et donne une voix à tous les enfants ontariens. Malheureusement, cette voix se taira. Chers collègues, il s’agit d’un énorme recul.

Lors la réunion du caucus ouvert du Sénat sur le bien-être des enfants, qui s’est tenue il y a deux semaines à peine, on nous a parlé des difficultés et des iniquités auxquelles les jeunes Autochtones doivent faire face, ainsi que des taux élevés de suicide et de pauvreté chez les enfants canadiens. Nous avons besoin de plus d’intervenants en faveur des enfants, et non l’inverse. UNICEF Canada a déclaré que nos plus jeunes citoyens ont besoin d’une voix indépendante au plus haut niveau possible afin que leurs besoins soient convenablement pris en compte dans l’élaboration des politiques, des programmes, des lois et des budgets.

Je continuerai à défendre les droits des enfants, notamment l’existence d’un poste d’intervenant en faveur des enfants dans toutes les provinces et d’un commissaire national de l’enfance dans notre pays. Cela constituerait de grandes percées dans le domaine des droits des enfants.

Mesdames et messieurs les sénateurs, aujourd’hui, nous soulignons la Journée nationale de l’enfant. Il est facile de penser et de rendre hommage aux jeunes gens qui façonneront notre pays et changeront le monde de demain. Nous nous devons, néanmoins, d’inclure les enfants — leurs points de vue, leurs idées, leur voix — dans notre processus décisionnel quotidien. Sénateurs, les droits humains s’appliquent à tous les enfants, en tout temps, sans exception. Soyons la voix dont ils ont besoin et encourageons tous les gouvernements à faire de même.

Merci, honorables sénateurs, et bonne Journée nationale de l’enfant.