Canada's Original Think Tank

L’analyse comparative entre les sexes

L’analyse comparative entre les sexes

L’analyse comparative entre les sexes

L’honorable Mobina S. B. Jaffer : 

Monsieur le ministre, je vous remercie d’avoir répondu une fois de plus à notre invitation, comme vous l’avez fait souvent. Je suis heureuse que vous soyez parmi nous aujourd’hui. J’ai aussi une question liée à l’analyse comparative entre les sexes.

Avant de la poser, je souhaite souligner l’excellent travail accompli par la sénatrice Nancy Ruth dans le dossier de l’analyse comparative entre les sexes. Je pense à elle parce qu’elle a tenté, pendant des années, de convaincre les gouvernements d’examiner cet enjeu. Je tiens donc à vous féliciter de votre travail à cet égard.

Pendant les travaux du Comité des finances nationales, je vous ai demandé si vous aviez commencé à effectuer une analyse comparative entre les sexes et j’ai souligné l’absence de transparence à ce sujet. En tant que parlementaires, nous n’avons aucune façon d’évaluer le genre de travail que vous effectuez, l’évaluation que vous en faites et les renseignements que vous recueillez. Monsieur le ministre, pendant la séance du Comité des finances, vous avez dit — j’ai la citation exacte, mais je ne prendrai pas le temps de la lire —, bref, vous avez dit qu’un travail de ce genre exigeait du temps et que la transparence viendrait plus tard.

Voici ma question : quand serez-vous en mesure d’informer les parlementaires que nous sommes du travail que vous faites, de la façon dont vous l’évaluez et des effets qu’il a sur la vie des femmes, l’intersectionnalité et la vie des autres communautés touchées par l’analyse comparative entre les sexes?

L’honorable Bill Morneau, C.P., député, ministre des Finances : Tout d’abord, je vous remercie de cette question. Je pense que c’est une occasion importante pour moi de parler non seulement de ce que nous faisons, mais aussi de la façon dont nous le communiquons.

Comme je l’ai mentionné, nous pensons qu’il s’agit d’une analyse importante qui nous aidera à progresser de manière positive pour combler certaines grosses lacunes dans des dossiers comme ceux de la participation au marché du travail et du salaire égal pour un travail de valeur égale pour les femmes et les hommes.

Nous faisons ce travail depuis quelques années déjà. Je pense peut-être avoir tenu ces propos lors d’une réunion antérieure du Comité des finances, mais, depuis, nous avons eu l’occasion d’apprendre à connaître plus à fond le sujet.

Si vous jetez un coup d’œil au plus récent énoncé économique de l’automne — et la sénatrice l’a sûrement consulté puisqu’elle s’est rendue à la page 118 — vous verrez que nous avons décrit une partie de l’analyse comparative entre les sexes que nous avons menée. Dans le dernier budget, nous la présentons en détail dans le document budgétaire. C’est écrit noir sur blanc.

Cette année, lorsque les ministres préparaient leurs mémoires, je leur ai tous demandé de s’assurer d’avoir effectué cette analyse comparative entre les sexes pour que je puisse m’inspirer de ce qu’ils ont fait et l’inclure dans le document budgétaire.

Nous avons été très transparents. Bien sûr, il est toujours possible de faire mieux. Je m’attends à ce que le budget de 2019 soit encore plus clair en ce qui concerne l’analyse. Si vous avez des conseils à nous donner pour mieux faire les choses, veuillez nous en faire part.