Canada's Original Think Tank

Le soutien et le financement en matière d’autisme

Le soutien et le financement en matière d’autisme

Le soutien et le financement en matière d’autisme

L’honorable Jim Munson : 

Je suis heureux que le sénateur Harder ait mentionné l’initiative Prêts, disponibles et capables, parce que le rapport Payer maintenant ou payer plus tard mettait notamment l’accent sur la nécessité de créer des emplois pour les gens atteints d’un trouble du spectre de l’autisme. D’ailleurs, l’une des personnes citées dans le rapport a affirmé que payer maintenant permet d’obtenir un bon rendement de l’investissement. Cela contribue à accroître la participation au marché du travail.

Le gouvernement précédent a donné suite à notre rapport en lançant l’initiative Prêts, disponibles et capables. Comme vous le savez peut-être, cette initiative est un programme de financement gouvernemental qui offre une aide individualisée aux employeurs pour leur permettre de devenir plus inclusifs, de trouver des candidats, d’être sensibilisés à la situation des personnes handicapées, d’entrer en rapport avec des organismes communautaires fournissant des services et des soutiens à l’emploi, ainsi qu’un soutien en milieu de travail aux personnes ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme.

Le sénateur vient de parler du financement accordé par le gouvernement actuel à ce programme. Or, j’ai appris que ce dernier prendra fin le 31 janvier 2018. J’espère que, dans le cadre des discussions en cours, le gouvernement fédéral acceptera de prolonger l’investissement dans le programme au-delà des trois ans proposés. Sans cette initiative, les 1 457 emplois créés en date de la fin septembre 2017 ne se seraient jamais concrétisés.

Le gouvernement renouvellera-t-il le financement de ce programme essentiel qui permet aux personnes atteintes de déficiences intellectuelles de s’épanouir en tant que membres de la population active? Allons-nous payer maintenant ou payer plus tard?

Le sénateur Harder : Je remercie encore une fois le sénateur de sa question et de son travail, ainsi que les autres honorables sénateurs de leur travail dans ce domaine. Je serai heureux de transmettre sa demande de financement continu à la ministre.

J’en profiterai également pour transmettre, dans ce contexte, la demande de l’honorable sénateur Housakos, pour que nous puissions avoir une conversation directe à ce sujet.