Canada's Original Think Tank

Les jeunes Autochtones des programmes en sciences, technologie, génie et mathématiques

Les jeunes Autochtones des programmes en sciences, technologie, génie et mathématiques

Les jeunes Autochtones des programmes en sciences, technologie, génie et mathématiques

L’honorable Lillian Eva Dyck : 

Honorables sénateurs, j’interviens aujourd’hui pour parler du programme inSTEM offert par Actua, un organisme de bienfaisance. Actua a reçu du financement du Centre des Compétences futures rattaché au gouvernement du Canada pour élargir son programme, de manière à l’offrir aux communautés autochtones du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et du Nord de l’Alberta. Grâce à ce financement de 2,3 millions de dollars, de 65 à 75 jeunes Autochtones du Nord auront l’occasion de participer au programme pendant les deux prochaines années.

Depuis 25 ans, le programme inSTEM encourage les jeunes Autochtones à explorer le monde des sciences, de la technologie, du génie et des mathématiques d’une façon qui respecte leur culture.

Le programme comporte deux parties. Pendant l’année scolaire, les étudiants participent à un cours sur la science autochtone pour lequel ils reçoivent des crédits dans leur bulletin. Pendant l’été, ils participent à des activités axées sur le territoire durant une période de 11 à 15 jours, dans leur communauté. À titre d’exemple, pour l’une des activités, des étudiants de l’École polytechnique des Six Nations ont fait du canot. En même temps, ils ont appris des récits traditionnels qui parlent de l’eau en plus de discuter des propriétés scientifiques de l’eau, un enseignement qui mettait l’accent sur la pérennité de l’eau et sur l’importance de la protéger pour les générations futures.

Selon M. Doug Dokis, directeur du programme inSTEM :

Ce programme montre aux jeunes de ces régions que le savoir local qu’ils détiennent naturellement est aussi important que les connaissances en sciences, technologie, génie ou mathématiques qu’ils acquièrent dans le système scolaire.

Les participants au programme obtiennent des crédits d’études secondaires. On espère que cela fera augmenter le taux de diplomation. Selon le recensement de 2016, 86 p. 100 des Canadiens âgés de 25 à 64 ans détiennent un diplôme d’études secondaires ou un certificat d’équivalence, comparativement à seulement 70 p. 100 des Autochtones du même groupe d’âge. Comme l’a déclaré M. Dokis :

Le taux de diplomation à l’école secondaire constitue la plus grande barrière entre les jeunes Autochtones et leur carrière.

La PDG d’Actua, Jennifer Flanagan, a dit :

La priorité de notre organisme est de créer des programmes un peu partout au pays pour les jeunes qui sont actuellement absents des secteurs des sciences et de la technologie. Parmi ces programmes, certains sont destinés aux jeunes à risque et aux jeunes filles.

Je félicite Actua d’avoir obtenu du nouveau financement qui lui permettra d’offrir des programmes dans les communautés du Nord. Merci.