Canada's Original Think Tank

Onzième rapport du Comité de la sécurité nationale et de la défense et demande de réponse du gouvernement

Onzième rapport du Comité de la sécurité nationale et de la défense et demande de réponse du gouvernement

Onzième rapport du Comité de la sécurité nationale et de la défense et demande de réponse du gouvernement

Onzième rapport du Comité de la sécurité nationale et de la défense et demande de réponse du gouvernement


Publié le 15 juin 2017
Hansard et déclarations par l’hon. Art Eggleton

L’honorable Art Eggleton :

Honorables sénateurs, il s’agit du rapport qui fait suite à celui dont je viens de parler. Je serai bref sur celui-ci.

Intitulé Réinvestir dans les Forces armées canadiennes : Un plan pour l’avenir, le document contient des éléments valables.

Je note en particulier que, à la page 2, il est question de soutenir les familles militaires. J’y crois vraiment et j’y ai d’ailleurs accordé une grande priorité lorsque j’étais ministre de la Défense. On peut à ce sujet lire ce qui suit :

Tous les organismes qui s’intéressent aux Forces armées canadiennes s’entendent pour dire que le soutien aux familles militaires doit faire partie intégrante des efforts au niveau du ministère de la Défense nationale, ainsi qu’à travers la totalité du gouvernement. En effet, les familles occupent une place centrale dans les Forces armées canadiennes; il faut les respecter, les écouter et les soutenir.

Je n’en dirai pas plus, mais je pense que l’observation est très valable. La sénatrice Jaffer a d’ailleurs appuyé cette recommandation.

Le document comprend aussi des recommandations qui ne sont tout simplement pas logiques. En fait, elles sont liées à la proposition des 2 p. 100, ce qui laisse entendre que la seule façon de pouvoir se permettre certains achats, c’est de doubler le budget. Dans la recommandation 5, par exemple, on parle de donner la priorité au remplacement de 55 des 95 hélicoptères Griffon par un hélicoptère de transport moyen à lourd et d’ajouter 24 hélicoptères d’attaque. Nous n’avons pas besoin de toutes les pièces d’équipement, de toutes les plateformes et autres engins que possède une puissance militaire comme les États-Unis. En passant, les États-Unis affirment que les alliés de l’OTAN investissent davantage en Europe. Les États-Unis investissent beaucoup dans la défense, mais ils ne sont pas simplement en Europe. Ils sont au Moyen-Orient, en Corée, dans la mer de Chine méridionale — partout en fait — et, puisqu’on parle de l’OTAN, ils ont toujours voulu en être le leader. Ils l’ont été d’ailleurs. Depuis le début, ils dirigent les opérations militaires de l’OTAN. Ils voulaient avoir ce genre de contrôle.

Cependant, nous n’avons pas besoin de toutes les pièces d’équipement dont ils ont besoin. Nous avons besoin de favoriser l’interopérabilité et il nous faut certaines pièces d’équipement. J’ai parlé plus tôt des véhicules Coyote. Dans ce cas-là, on a reçu de l’équipement, qui était ultramoderne à cette époque-là, que d’autres n’avaient pas.

Ils affirment également qu’ils vont s’occuper en priorité d’une part des ravitailleurs en vol, et d’autre part, de l’élargissement de la flotte d’avions de chasse à 120 avions et de la flotte de sous-marins grâce à l’achat de 12 nouveaux sous-marins. Je peux vous dire que la gestion des sous-marins est très difficile et que cela coûterait une fortune de construire 12 nouveaux sous-marins. Ils mentionnent les 18 navires de combat de surface. Ils parlent en long et en large de leurs priorités.

Certaines des mesures proposées seront nécessaires. En effet, il faudra mettre à niveau et remplacer certaines pièces d’équipement, mais le budget ne prévoit pas assez d’argent pour cela. La seule façon d’y arriver serait d’y consacrer 2 p. 100 du PIB, mais cela n’arrivera pas.

Le gouvernement a présenté un plan d’action et je pense que nous devons l’étudier en même temps que le rapport.

Motion d’amendement

L’honorable Art Eggleton : Par conséquent, honorables sénateurs, je propose :

Que le onzième rapport du Comité sénatorial permanent de la sécurité nationale et de la défense ne soit pas maintenant adopté, mais qu’il soit renvoyé au Comité sénatorial permanent de la sécurité nationale et de la défense pour examen, particulièrement à la lumière du document intitulé La politique de défense du Canada : Protection, Sécurité, Engagement, déposé au Sénat le 7 juin 2017.

Il s’agit du rapport déposé par le gouvernement la semaine dernière. Je pense que le comité doit maintenant se pencher sur les suggestions du rapport, puis faire d’autres observations sur celui-ci. Je propose cet amendement.