Canada's Original Think Tank

Troisième lecture du projet de loi C-555, Loi concernant le Règlement sur les mammifères marins (permis d’observation pour la pêche du phoque)

Troisième lecture du projet de loi C-555, Loi concernant le Règlement sur les mammifères marins (permis d’observation pour la pêche du phoque)

Troisième lecture du projet de loi C-555, Loi concernant le Règlement sur les mammifères marins (permis d’observation pour la pêche du phoque)

Troisième lecture du projet de loi C-555, Loi concernant le Règlement sur les mammifères marins (permis d’observation pour la pêche du phoque)


Publié le 16 juin 2015
Hansard et déclarations par l’hon. Céline Hervieux-Payette (retraitée)

L’honorable Céline Hervieux-Payette :

Honorables sénateurs, il est évident que j’appuierai le projet de loi C-555, qui constitue un pas dans la bonne direction. J’aimerais toutefois rappeler à mes collègues que nous aurions pu faire deux ou trois pas de plus afin d’augmenter la distance d’observation permise pour mieux protéger nos chasseurs de phoque et d’interdire les bruits d’hélicoptère, qui perturbent l’activité de la pêche.

J’aurais également aimé que nous ajoutions au projet de loi des dispositions liées aux aspects suivants : la question des caméras et appareils photo qui servent à diffuser une publicité négative sur le Canada et sur la chasse au phoque à travers le monde; la nécessité de prévoir la présence d’un inspecteur à bord de chaque bateau; l’augmentation du prix du permis d’observation à 200 $, montant plus approprié que les 25 à 50 $ actuels; la mise en œuvre d’un programme qui permettrait de lutter continuellement contre la diffamation par l’utilisation des images des chasseurs de phoque; et, finalement, l’interdiction de toute observation en décrétant un périmètre de zone de chasse réservée durant la période de chasse.

Malgré tout, j’appuierai le projet de loi, et j’invite mes collègues à voter en sa faveur également. Nous sommes un peu timides. Le fait que ces gens continuent d’éprouver des difficultés dans l’exercice de leur métier ne nous empêche pas de fermer l’œil.

J’espère que l’étape suivante nous apportera une meilleure protection et que le gouvernement consentira à délivrer un plus grand nombre de permis, parce que, à l’heure actuelle, les permis sont trop restrictifs. C’est pourquoi je conclus en affirmant que je voterai en faveur du projet de loi C-555, et je vous invite à faire de même.