Canada's Original Think Tank

Les programmes de mise en liberté des détenus—Les programmes d’aide aux victimes d’actes criminels

Les programmes de mise en liberté des détenus—Les programmes d’aide aux victimes d’actes criminels

Les programmes de mise en liberté des détenus—Les programmes d’aide aux victimes d’actes criminels

Les programmes de mise en liberté des détenus—Les programmes d’aide aux victimes d’actes criminels


Publié le 26 mars 2014
Votre période des questions par l’hon. Joan Fraser


Appuyez sur la touche de lecture/Play pour écouter le fichier audio de la question. Veuillez prendre note que l’extrait audio est fourni dans la langue utilisée par les sénateurs. Les sénateurs peuvent s’exprimer au Sénat dans la langue officielle de leur choix. Pour accéder à la traduction du texte intégral de la discussion, veuillez cliquer ici.


L’honorable Joan Fraser (leader adjointe de l’opposition) :

Honorables sénateurs, ma question s’adresse au leader du gouvernement au Sénat.

Cette question a été soumise par M. John Charlton, de Kitchener, en Ontario. Il s’inquiète du fait que deux types de programmes reçoivent un financement insuffisant : les programmes de remise en liberté des criminels et les programmes pour les victimes d’actes criminels.

M. Charlton dit ceci :

Selon moi, des fonds supplémentaires sont nécessaires dans les deux cas, parce que les criminels sortent de la prison, ou de l’école du crime, sans y avoir appris des choses bien saines. Résultat : les victimes souffrent, parce qu’elles ont peur et ressentent souvent de la honte.

La question de M. Charlton est la suivante : pouvons-nous étudier les programmes de remise en liberté des criminels et les programmes d’aide aux victimes d’actes criminels?

 

Veuillez appuyer ici pour lire cet échange dans son intégralité