Canada's Original Think Tank

La Commission de la santé mentale

La Commission de la santé mentale

La Commission de la santé mentale

La Commission de la santé mentale


Publié le 8 mai 2014
Votre période des questions par l’hon. James Cowan (retraité)

Appuyez sur la touche de lecture/Play pour écouter le fichier audio de la question. Veuillez prendre note que l’extrait audio est fourni dans la langue utilisée par les sénateurs. Les sénateurs peuvent s’exprimer au Sénat dans la langue officielle de leur choix. Pour accéder à la traduction du texte intégral de la discussion, veuillez cliquer ici.


L’honorable James S. Cowan (leader de l’opposition) :

Honorables sénateurs, je vais poser une autre question que nous avons reçue du public. Elle porte sur la Commission de la santé mentale du Canada.

La question provient de Michael Da Silva, un citoyen de Toronto, et elle s’adresse au leader du gouvernement au Sénat. Voici ce que dit M. Da Silva.

L’importance que revêt la santé mentale pour les Canadiens prend bien des dimensions. Les effets négatifs sur la santé touchent non seulement la vie des gens ayant des problèmes de santé mentale et de leurs parents, mais peuvent aussi avoir des répercussions sur l’économie et sur le nombre d’actes qui, selon de nombreuses personnes, devraient être criminalisés si leurs auteurs ne souffrent pas de troubles mentaux. Il n’est donc pas surprenant que le droit du Canada d’obtenir des engagements en matière de santé en vertu du droit international englobe une obligation générale visant à faire en sorte que les gens bénéficient des normes les plus élevées en matière de santé mentale et des obligations précises concernant la planification et la prestation de services de santé mentale. Au cours des dernières années, la Commission de la santé mentale du Canada a joué un rôle important dans l’élaboration de la réponse canadienne à ce problème important. Sa réalisation la plus remarquable est peut-être la création de la première stratégie canadienne en matière de santé mentale dans le cadre du rapport de 2012 intitulé Changer les orientations, changer des vies.

Le gouvernement croit-il encore en l’importance d’un organisme indépendant ayant pour objectif d’assurer la santé mentale des Canadiens? Si c’est le cas, renouvellera-t-il le mandat de la Commission de la santé mentale du Canada, qui arrivera à échéance en 2017?

 

Veuillez appuyer ici pour lire cet échange dans son intégralité