Canada's Original Think Tank

L’éducation préscolaire

L’éducation préscolaire

L’éducation préscolaire

Appuyez sur la touche de lecture/Play pour écouter le fichier audio de la question. Veuillez prendre note que l’extrait audio est fourni dans la langue utilisée par les sénateurs. Les sénateurs peuvent s’exprimer au Sénat dans la langue officielle de leur choix. Pour accéder à la traduction du texte intégral de la discussion, veuillez cliquer ici.


L’honorable James S. Cowan (leader de l’opposition) : 

Honorables sénateurs, ma question s’adresse au leader du gouvernement au Sénat. Elle fait partie d’une série de questions que les Canadiens nous ont fait parvenir sur invitation de notre part.

La question suivante provient de Michael Sabet, résidant d’Ottawa, en Ontario :

J’ai récemment pris connaissance de résultats de recherche sur le développement de la petite enfance qui soulignent à quel point il est important que les parents parlent à leurs nourrissons. Il semble que, chez les enfants, l’écart entre les divers degrés d’exposition à la parole, qui varierait selon la situation socio-économique des parents, donnerait lieu à des écarts substantiels entre les niveaux de vocabulaire des différents enfants — et ce, dès l’âge de 18 mois —, et que cet écart se creuse avec le temps. Ces résultats soulignent que les interventions à l’âge préscolaire arrivent trop tard pour combler cet écart.

Voici la question :

Bien que l’éducation soit une compétence provinciale, le gouvernement fédéral ne devrait-il pas néanmoins contribuer à l’élaboration de programmes et de ressources pour que les familles puissent faire en sorte que leurs enfants bénéficient, dès leur très jeune âge, d’une exposition adéquate à ce genre d’interaction?

 

 

Veuillez appuyer ici pour lire cet échange dans son intégralité