Canada's Original Think Tank

Les services de sécurité—Leur surveillance par le Parlement

Les services de sécurité—Leur surveillance par le Parlement

Les services de sécurité—Leur surveillance par le Parlement

Les services de sécurité—Leur surveillance par le Parlement


Publié le 4 novembre 2014
Votre période des questions par l’hon. Wilfred Moore (retraité)


Appuyez sur la touche de lecture/Play pour écouter le fichier audio de la question. Veuillez prendre note que l’extrait audio est fourni dans la langue utilisée par les sénateurs. Les sénateurs peuvent s’exprimer au Sénat dans la langue officielle de leur choix. Pour accéder à la traduction du texte intégral de la discussion, veuillez cliquer ici.


 L’honorable Wilfred P. Moore :

Ma question s’adresse au leader du gouvernement au Sénat. Comme vous le savez, de ce côté-ci, nous encourageons les Canadiens à participer directement à notre démocratie en posant une question au gouvernement par votre intermédiaire durant la période des questions. Par conséquent, voici une autre excellente question, qui nous vient d’Edward Roback, de Fredericton, au Nouveau-Brunswick. Il se dit préoccupé par l’approche actuelle du gouvernement à l’égard de la surveillance du SCRS et de la GRC par le Parlement. M. Roback demande ce qui suit :

De nombreux Canadiens s’inquiètent que certaines actions du SCRS et de la GRC puissent être illégales ou contraires à l’éthique et qu’elles ne soient pas surveillées adéquatement par le Parlement. Pourquoi un comité multipartite n’assure-t-il pas une surveillance complète de ces deux organismes? Pourquoi ne peut-on pas faire preuve de transparence envers le public sur le plan de la surveillance, en omettant toutefois certains détails, évidemment, afin de protéger les innocents?

 

Veuillez appuyer ici pour lire cet échange dans son intégralité