Canada's Original Think Tank

28 février 2018 – Les menaces qui pèsent sur le journalisme traditionnel au Canada

28 février 2018 – Les menaces qui pèsent sur le journalisme traditionnel au Canada

28 février 2018 – Les menaces qui pèsent sur le journalisme traditionnel au Canada

Le caucus ouvert, une tribune pour discuter de questions d’importance nationale, est né en 2014, quand les libéraux au Sénat ont ouvert les portes de leur caucus au public le mercredi matin. Le Caucus ouvert est maintenant présenté en collaboration par le Groupe des sénateurs indépendants (GSI) et les sénateurs libéraux indépendants. Cette collaboration non partisane réunit deux groupes qui représentent la majorité des sénateurs actuels.

Ce débat non partisan est ouvert à tous les députés, sénateurs et membres du personnel parlementaire, ainsi qu’aux médias et au public.

La conjoncture de l’industrie des médias au Canada change rapidement. Les revenus publicitaires des médias traditionnels, dont les médias imprimés, les chaînes de télévision et la radio, ont diminué de manière considérable, phénomène auquel s’ajoutent des coupes dans les salles de nouvelles à l’échelle du pays. Plus de 90 % des Canadiens ont accès à Internet, et plusieurs d’entre eux préfèrent recevoir les nouvelles à moindre coût et au moment où ils le souhaitent. Par conséquent, les annonceurs se sont tournés vers les médias numériques pour atteindre leurs publics cibles efficacement. Les géants des médias sociaux, comme Google et Facebook, obtiennent plus de 70 % des sommes qui sont consacrées à la publicité sur Internet au Canada. Faute de ressources pour pouvoir être concurrentielles, les entreprises médiatiques canadiennes peinent à rester à flot.

Les chaînes nationales de journaux ont faibli, le journalisme local recule, et les journalistes professionnels perdent leur emploi. Devant l’absence de ces gardiens traditionnels, plusieurs Canadiens affirment avoir de la difficulté à distinguer les faits de la fiction, ou les « fausses nouvelles ». En raison de la perte de sources de confiance, les Canadiens pourraient en savoir moins sur leur collectivité, leur gouvernement et leur pays, ce qui est une menace pour la démocratie. Les Canadiens ont besoin – et veulent – des nouvelles exactes pour prendre des décisions éclairées. Comment le gouvernement peut-il intervenir dans ce contexte en mutation pour créer des conditions permettant l’épanouissement d’un journalisme vigoureux et éthique, d’une libre expression publique et de débats éclairés?

Les experts invités ont été :

  • Edward Greenspon: président et directeur général du Forum des politiques publiques. Auteur de The Shattered Mirror: News, Democracy and Trust in the Digital Age.
  • Karyn Pugliese : Directrice générale de l’information et de l’actualité à APTN (Réseau de télévision des peuples autochtones), et journaliste en radiotélédiffusion primée.
  • Pascale St-Onge: Présidente de la Fédération nationale des communications (FNC-CSN).
  • Matthew Johnson : Directeur de l’éducation à MediaSmarts, centre canadien pour la littératie numérique et l’éducation aux médias. Spécialiste pour apprendre aux citoyens à déceler les fausses nouvelles

Cette réunion a eu lieu:

Le mercredi 28 février 2018
De 9 h 15 à 11 h 15
Pièce 160-S, édifice du Centre

Lisez les réflexions du sénateur Eggleton et de la sénatrice Saint-Germain au sujet des menaces qui pèsent sur le journalisme traditionnel au Canada ici.


Parquet

Source française

Source anglaise