Canada's Original Think Tank

Déclaration du sénateur Percy Downe concernant l’enjeu du péage sur le pont de la Confédération

Déclaration du sénateur Percy Downe concernant l’enjeu du péage sur le pont de la Confédération

Déclaration du sénateur Percy Downe concernant l’enjeu du péage sur le pont de la Confédération

Déclaration du sénateur Percy Downe concernant l’enjeu du péage sur le pont de la Confédération


Publié le 15 mai 2017
Nouvelles par l’hon. Percy Downe

Le ministre fédéral de l’Infrastructure et des Collectivités, Amarjeet Sohi, m’a confirmé la semaine dernière (voir copie ci-jointe) que le nouveau pont Gordie Howe à Windsor, en Ontario, dont le coût pourrait atteindre jusqu’à 4,8 millions de dollars selon les médias, prévoit un péage. Ainsi, deux grands projets de ponts de plusieurs milliards de dollars sont maintenant en construction dans notre pays : le pont Gordie Howe et le nouveau pont Champlain, dont le coût dépassera également les 4 milliards de dollars. Pourtant, le pont Gordie Howe imposera un péage, mais pas le nouveau pont Champlain. Par ailleurs, le pont de la Confédération, dont le coût de construction dépasse à peine 1 milliard de dollars, continuera d’exiger un péage de 46,50 $ aux Prince Édouardiens qui l’utilisent.

Le gouvernement est propriétaire des trois ponts. Pourquoi, dans ce cas, les coûts de construction et d’entretien du pont Champlain sont-ils assumés par les contribuables, alors que ceux des deux autres ponts doivent l’être par les utilisateurs?

En réponse à ma question, le ministre Sohi a déclaré que le gouvernement prévoit de fixer le droit de péage sur le pont Gordie Howe de façon à ne pas imposer « un fardeau trop lourd sur les usagers immédiats ». Cette réponse revient quelque peu à celle exprimée par le premier ministre Trudeau (voir copie ci-jointe) lors d’une assemblée publique à Peterborough, en Ontario, qui a reconnu, à la suite d’une question posée par une étudiante de l’Île du Prince-Édouard, que la construction du pont de la Confédération avait coûté cher, et qu’il coûtait cher de le traverser. Le premier ministre a également conclu en disant qu’il ne manquerait pas de transmettre ses préoccupations – les préoccupations des citoyens – aux députés de l’Île du Prince-Édouard afin de discuter avec eux des mesures à prendre pour permettre aux gens de se déplacer librement et à faible coût à travers le pays.

Samedi, cinq mois se sont écoulés depuis la déclaration publique du premier ministre. Les Prince-Édouardiens espèrent que le premier ministre annoncera ce qu’il fait pour qu’ils puissent traverser le pont de la Confédération « à faible coût », pour reprendre ses mots.

Renseignements :
Sénateur Percy Downe : 613-943-8107
Numéro sans frais : 1-800-267-7362
www.sen.parl.gc.ca/pdowne


 

Débats du Sénat
1re session, 42e législature,
Volume 150, numéro 118

Le mardi 9 mai 2017
L’honorable George J. Furey, Président

L’hon. Percy E. Downe : Bon retour au Sénat du Canada, monsieur le Ministre.

Le Canada a récemment approuvé 2,5 millions de dollars de plus pour le pont Gordie‑Howe à Windsor, ce qui fait grimper son coût à 4,8 milliards de dollars. Pouvez-vous nous dire comment vous comptez recouvrer les coûts de cette dépense considérable de deniers publics et combien de temps cela prendra-t-il?

L’hon. Amarjeet Sohi, C.P., député, ministre de l’Infrastructure et des Collectivités : On ignore encore le coût total du pont international Gordie‑Howe parce que nous sommes en train de choisir les derniers entrepreneurs qui le construiront. Par contre, la structure est conçue de façon à ce que les coûts soient recouvrés grâce à des péages, soit les frais d’utilisation que les gens paieront pour traverser le nouveau pont. À l’heure actuelle, il n’en existe qu’un seul qui est détenu par le secteur privé. Donc, le modèle de recouvrement des coûts vise à recouvrer les coûts. Ce sera très long parce que le modèle ne doit pas imposer un fardeau trop lourd sur les usagers immédiats, il doit répartir les coûts sur des décennies et il doit faire en sorte que tous les usagers paient pour l’utilisation du pont. Au bout du compte, le gouvernement rentrera dans ses frais.


 

TOURNÉE PANCANADIENNE DU PREMIER MINISTRE :
ASSEMBLÉE PUBLIQUE À PETERBOROUGH (ONTARIO)
QUESTION SUR LE PONT DE LA CONFÉDÉRATION DE L’Î.-P.-É.
LE 13 JANVIER 2017

[EXTRAIT]

QUESTION : Bonjour. J’étudie à l’Université Trent. J’ai 22 ans et espère obtenir mon diplôme l’année prochaine. Je suis originaire de l’Île-du-Prince-Édouard, et la question du péage extrêmement élevé exigé pour quitter l’Île-du-Prince-Édouard a récemment été portée à votre attention à la Chambre des communes. Je sais bien que la plupart des gens ici n’y sont peut-être pas allés. Les Prince-Édouardiens doivent débourser 72 $ pour se rendre en Nouvelle-Écosse ou près de 50 $ pour aller jusqu’au Nouveau-Brunswick en passant par le pont. La plupart des membres de ma famille vivent au Nouveau-Brunswick. Lorsque mon grand-père est tombé malade, mon père se rendait à son chevet de deux à trois fois par semaine. Aucune réduction n’est offerte à ceux qui traversent fréquemment le pont. Or, ces coûts imposent un fardeau supplémentaire à ma famille. Et la plupart des Prince-Édouardiens font partie de la classe ouvrière et travaillent dans l’industrie agricole.

Ma question est donc la suivante : Étant donné que le gouvernement fédéral est prêt à financer une partie du pont le plus coûteux, à Montréal, serait-il disposé à faire quelque chose pour réduire le fardeau financier imposé aux Prince-Édouardiens?

LE TRÈS HONORABLE JUSTIN TRUDEAU : Vous faites allusion au pont Champlain à Montréal. Le pont de la Confédération à l’Île-du-Prince-Édouard est un lien essentiel tant pour l’économie que pour les touristes et les résidants locaux. Vous avez tout à fait raison : ce pont coûte cher. Sa construction a coûté cher, et il coûte cher de le traverser.

Le nouveau pont Champlain remplacera l’ancien pont. Aucun péage n’est imposé sur l’actuel pont Champlain, et ce dernier relève de la responsabilité fédérale puisqu’il traverse la voie maritime du Saint-Laurent. S’il n’en tenait qu’à elle, Montréal construirait un pont de 10 mètres de haut, et tous les bateaux allant en direction des Grands Lacs devraient s’y arrêter et y débarquer leurs marchandises. La ville s’en réjouirait! Je blague, évidemment, mais le gouvernement fédéral doit s’assurer que le pont est assez élevé pour que la voie maritime du Saint-Laurent fonctionne pleinement et soit prospère.

La comparaison ne tient pas. Toutefois, je comprends parfaitement ce que vous dites. Il faut pouvoir rendre visite aux membres de sa famille malades et aider sa famille. Et je comprends aussi les difficultés que vous vivez. Je ne manquerai pas de transmettre mes préoccupations – vos préoccupations – aux députés de l’Île‑du‑Prince‑Édouard, et nous discuterons avec eux des mesures à prendre pour permettre aux gens de se déplacer librement, efficacement et ouvertement au pays à peu de frais.

Merci.