Canada's Original Think Tank

Hommage pour Viola Léger

Hommage pour Viola Léger

Hommage pour Viola Léger

Hommage pour Viola Léger


Publié le 23 mars 2017
Blogue par l’hon. Joseph Day

J’aimerais rendre hommage à une remarquable Néo-Brunswickoise : L’actrice acadienne et ex-sénatrice, l’honorable Viola Léger.

C’est avec grand chagrin que j’ai appris le retrait de la vie publique de la sénatrice Léger à la suite d’un accident vasculaire cérébral, subi en janvier.

Souvent décrite comme « l’une des plus brillantes étoiles du monde artistique canadien », elle s’est aussi illustrée sur la scène publique.

Mme Léger est reconnue dans le monde entier pour le personnage d’une humble femme de ménage acadienne provenant du côté rural du Nouveau-Brunswick : La Sagouine.

Elle a incarné la Sagouine plus de trois mille fois partout au Canada et à l’étranger entre 1971 et 2016, un personnage dont l’interprétation unique et attachante lui a valu des critiques dithyrambiques.

Son talent lui a aussi valu de nombreux prix : en 1989, elle était faite officière de l’Ordre du Canada, en 2007, elle recevait l’Ordre du Nouveau-Brunswick, et en 2013, elle recevait le Prix du gouverneur général pour les arts du spectacle.

En tant qu’artiste, en tant qu’enseignante et en tant que sénatrice, sa vitalité et sa nature créative sont encore une immense source d’inspiration pour beaucoup.

Cette grande alliée des artistes canadiens a fondé sa propre troupe de théâtre au Nouveau‑Brunswick, en plus de créer la Fondation Viola Léger afin d’appuyer le théâtre et d’offrir une formation professionnelle aux artistes de la scène acadienne.

Ses idées originales, sa passion pour le théâtre et son dévouement à l’égard de la promotion de la culture acadienne ont marqué les années pendant lesquelles nous avons siégé ensemble en cette chambre.

J’aimerais que la sénatrice Léger sache combien nous lui sommes reconnaissants de l’énorme contribution qu’elle a apportée à la culture acadienne et au patrimoine du Nouveau‑Brunswick.

Elle aura toujours une place de choix dans le cœur des Néo-Brunswickois et son image d’humble femme acadienne vivra pour toujours.